Trois « Noé des temps modernes », tels des bousiers, tirent laborieusement à la force de leurs bras, leur coquille encombrée de leurs coups de gueule, de leurs casseroles, de leurs amours, tout en faisant leurs adieux.

Pour tenter de se détacher du monde, ils doivent nécessairement se dépouiller de leur lourd leste matériel : lâcher tout pour un nouveau monde en gardant l’essentiel.

Trois enjeux de taille apparaissent au public et bâtissent la dramaturgie :

la dépossession des choses inutiles, le choix des objets nécessaires à notre bonheur et enfin la teneur du patrimoine que l’on souhaite transmettre aux générations futures, et si celui-ci était bel et bien immatériel ?