Deux personnages enfantins mettent en lumière ce qu’ils perçoivent du monde avec un coffre à jouet et un tableau à craie.

Traversés par le cirque et la danse, les corps racontent les adultes qu’ils fantasment.

De leurs jeux naïfs et perspicaces émergent des situations de pouvoirs, de dominations.

La poésie naît de l’insurrection de ces personnages qui inversent les rôles et redessinent un monde qui leur appartient.

Pour sa nouvelle création, Muchmuche company s’imprègne d’un fond sonore grésillant et d’un décor épuré. Le duo construit son univers de bric et de broc, et s’amuse à (re)composer des rôles d’adultes. Avec leur corps traversé par le cirque et la danse. Ils dépeignent leur vision du monde.

Les techniques circassiennes, particulièrement les équilibres et la jonglerie, constituent le socle de la construction du langage de la compagnie. détournées de leur dimension performative, elles nourrissent la chorégraphie des corps en offrant une dimension abstraite et poétique à un propos concret. Constatant l’insuffisance des mots à exprimer, le travail s’oriente vers l’interrogation d’un langage à 4 bras et 4 jambes. Les corps et leurs mouvements fonctionnent, au delà des bouches et des mots. Les propos traités s’envolent vers des dimensions plus abstraites, parfois poétiques, d’autres fois symboliques. Le spectateur est guidé vers son propre imaginaire, un des enjeux étant de l’amener à regarder en nouveauté et en singularité, un peu comme en enfance.